Entretien avec Abdoulaye Ndao, coach de Ginga Foot au Maroc

Entretien avec Abdoulaye Ndao, coach de Ginga Foot au Maroc

27 février 2020 0 Par Diba

Question 1 : Qui est Abdoulaye NDAO ?

Abdoulaye NDAO est un jeune entraîneur de football né à Thiès et qui a fait sa formation dans la capitale du rail. J’ai exercé avec le CNEPS de Thiès de 2009 à 2017 avant de voyager au Maroc.

Au Maroc, pour mon premier contrat, j’ai été adjoint-entraîneur du club APN (D3). Ensuite, j’ai signé pour 3 ans avec l’Académie Ginga Foot pour gérer les U19 et les U11.

Question 2 : Pourquoi le Maroc ?

Après 8 ans au Sénégal avec le CNEPS, je voulais tenter une nouvelle expérience dans un autre pays. Par la suite, c’est tombé sur le Maroc, j’ai eu une proposition ici, c’est un pays où le football est assez développé et en tant que jeune entraîneur, mon passage ici va me permettre de gagner beaucoup en expériences.

Question 3 : Quelles différences note t-on entre le Maroc et le Sénégal ?

Les différences flagrantes qu’on peut noter sont la pléthore d’infrastructures ici, l’engouement des amateurs, la qualité de la formation et la régularité du championnat de la petite catégorie au Maroc. A la base, il y’a un bon suivi, par exemple, rien que pour le championnat U11, il y’a 22 matchs (aller-retour). Le Maroc, c’est pays de football, aujourd’hui, tu ne peux pas citer 3 championnats majeurs et sauter le Maroc. Le Sénégal est encore en retard.

Question 4 : Quelles sont vos ambitions au Maroc ?

Mes ambitions au Maroc, c’est tout d’abord de confirmer avec Ginga Foot, c’est qui est en train de se faire, je remercie le bon Dieu pour ça. Ensuite, je vais continuer ma formation pour pouvoir travailler avec les grands clubs ici en vue de développer mes compétences. Plus tard, ça me permettra de servir mon pays le Sénégal.

Question 5: Parlant du pays, que pensez-vous du football sénégalais ?

Comme je l’ai dit au début, j’ai passé toute ma formation au Sénégal et en tant que Sénégalais, mon rêve c’est de jouer un jour un grand rôle dans le football Local. Même si je suis loin du pays, je suis de près l’actualité du football local à travers les médias. Je pense que le football Sénégalais est en train d’avancer petit à petit et on souhaite que notre championnat fasse partie des meilleurs. Pour cela, il faut qu’on redouble d’efforts sur tous les plans : les infrastructures, la formation à la base et plus de visibilité du championnat. Egalement, faire en sorte que le championnat soit régulier pour la compétition des jeunes.

Une solution aussi, c’est de former plus de cadres pour mieux préparer la relève et surtout aider les clubs a avoir leurs propres infrastructures. Il faut mieux organiser et revoir le professionnalisme qu’on incarne, les dirigeants doivent être plus ambitieux. Aujourd’hui ça me fait mal de ne pas voir une équipe Sénégalaise en champions ligue ni en Coupe CAF, on doit se poser la question et pourtant on a de très bon joueurs et de très bon techniciens …

Question 6 : Que pensez-vous des jeunes qui quittent le Sénégal pour tenter l’aventure marocaine ?

C’est un phénomène courant maintenant, mais le conseil que je leur donne, c’est de venir sur des bases claires, il faut connaître la réalité du football marocain, il y’a un règlement mis en place pour évoluer ici et je conseille à mes jeunes frères de se former au pays d’abord avant de partir pour l’aventure.

Question 7 : Pouvez-vous nous parler un peu de ce règlement ?

Pour jouer dans le championnat marocain, il faut être international ou muni d’un passeport européen. Pour un subsaharien de moins de 23 ans, il lui faut 7 sélections durant les 3 dernières années, et si on a plus de 23 ans, il est nécessaire d’avoir 10 sélections durant les 3 dernières années.

Question 8 : Comment se portent les sénégalais dans le milieu du football au Maroc ?

Ça va dans l’ensemble, on a des jeunes frères qui évoluent dans le championnat, on peut citer Salim, Alioune Ndiaye etc… Ils font une bonne saison avec leurs clubs et on les encourage à aller de l’avant.

Question 9 : On entend souvent des problèmes de contrat et de salaire, est-ce que c’est la vérité ?

Oui, c’est vrai. C’est une chose courante qui arrive à nos frères. Il y’a toujours ces litiges mais je renvoie la faute aux personnes qui font signer les joueurs dans le flou total. Avant de signer quoi que ce soit, tout doit être clair, le Maroc est très exigeant en matière de critères de joueurs.

Question 10 : Un dernier mot pour nos lecteurs.

Je remercie toutes les personnes qui ont participé à ma formation, la ligue de Thiès, son Directeur Technique et surtout le CNEPS. Je remercie aussi Ginga Foot pour leur confiance, également ma famille etc… J’encourage votre initiative, ce groupe nous permet de suivre l’actualité du football local en temps réel.